#03

Nous agissons pour le maintien à domicile des personnes dépendantes

En 2021, nous avons lancé une expérimentation qui vise à favoriser le maintien à domicile des personnes âgées en situation de perte d’autonomie. Ce dispositif appelé DRAD (dispositif renforcé de soutien à domicile) est né grâce au financement issu de l’article 51 de la LFSS¹ 2018 et en lien avec l’ARS Île-de-France.

Vivre en Ehpad est souvent un choix par défaut. Selon une enquête de la DREES² menée en 2017, 2/3 des Français n’envisagent pas cette solution d’hébergement. Pour rester à domicile quand la perte d’autonomie s’installe, les alternatives sont rares et les soins, services, aménagements, accompagnements nécessaires sont souvent hors de portée. Le nombre supplémentaire de places nécessaires en Ehpad est estimé à 108 000 d’ici 2030 et à 211 000 d’ici 2050³. Avec une moyenne de 4 300 places créées par an, il semble nécessaire de favoriser d’autres solutions, comme le maintien à domicile.

Depuis fin 2018, nous affinons ainsi un projet de création de 30 places en Ehpad “hors les murs” dans le Val-d’Oise, où nous gérons actuellement trois établissements à Marly-la-Ville, Louvres et Fontenay-en-Parisis. Ces 30 places s’adressent à des personnes classées GIR4 1 à 4, habitant à moins de 20 minutes des trois Ehpad MGEN du Val-d’Oise.  

Après la création du centre de soins ostéo articulaires ambulatoire (CeSOA) en 2020, cette expérimentation est la seconde initiative de MGEN à bénéficier du dispositif Innovation en Santé dit “Article 51”. Elle profite d’un financement pour trois ans, à raison d’un forfait unitaire de 1 004 € mensuel par place.

Une expérimentation qui regroupe accueil, services et encadrement

Un guichet unique d’entrée dans le dispositif est prévu. Afin d’éviter tout transfert à l’hôpital, l’expérimentation prévoit la mise à disposition en permanence d’une place d’accueil d’urgence en Ehpad pour une prise en charge de quelques jours, lorsque l’état de santé de la personne n’impose pas de soins hospitaliers spécialisés ou si l’accompagnement de fin de vie est trop compliqué à domicile. Un accueil de moyenne durée est aussi possible pour le répit des aidants. Les personnes adhérant au dispositif pourront, si elles le souhaitent, participer à des animations en Ehpad.

L’essai prévoit également de la téléassistance 24 h/24 7 j/7, un service de conciergerie et des appels de convivialité. Une évaluation du logement est prévue afin de proposer des aménagements à apporter⁵ et d’accueillir éventuellement les personnes en Ehpad le temps des travaux. La télémédecine est aussi intégrée à l’expérimentation.

Les médecins de l’Ehpad forment infirmiers, aides à domicile et médecins traitants à la détection des syndromes gériatriques. Ils coordonnent et planifient l’intervention des professionnels au domicile des patients. Ils mettent en place également des actions d’éducation thérapeutique des aidants et du bénéficiaire ainsi que la mise à disposition d’une psychologue clinicienne. Toutes les démarches administratives pourront être épaulées. L’encadrement de la personne prise en charge sera donc global et permettra un accompagnement personnalisé sur le plan sanitaire, social et médico-social.

“ Les dispositifs renforcés de soutien à domicile constituent une véritable révolution, en permettant aux personnes en perte d’autonomie de bénéficier de prises en charge de qualité, tout en continuant à vivre chez eux. ”

Jérémie Sécher, directeur général adjoint Santé, Sanitaire, Social de MGEN,
 directeur du pôle Soins de VYV3*

1. Loi de Financement de la Sécurité sociale.
2. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/er1141.pdf
3. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2020-12/er1172.pdf
4. Le GIR (groupe iso-ressources) correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée.
5. Financement possible par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA)

*Directeur de la Stratégie et des projets Santé-Assurance depuis mars 2022.

Partager nos #preuvesMGEN2021

Découvrir plus de preuves

Progrès social & santé

Notre dispositif de médiation évolue afin de prolonger notre démarche qualité. […]

Au service de l'intérêt général

Nous proposons un accompagnement pour appréhender ce nouvel espace numérique individuel. […]

Prendre soin tout au long de la vie

Le déremboursement par l’Assurance maladie avait été mal accueilli par certains de nos adhérents. […]