Ne laissez pas le froid vous gagner : même en hiver, l’activité physique est bénéfique

Même si les bénéfices de l’activité physique ne sont plus à démontrer, il est souvent bien difficile de garder le rythme de l’été lorsque le thermomètre affiche moins de zéro degré. Pourtant, pour être en bonne santé il est important de pratique une activité physique de manière régulière toute l’année. C’est-à-dire sans trêve hivernale !

D’ailleurs, faire du sport par grand froid a des avantages : l’organisme utilise plus d’énergie pour se réchauffer et il y aurait également un impact positif sur les symptômes d’allergie. A cela s’ajoute bien entendu les bénéfices généraux de l’activité physique. Une pratique régulière réduit ainsi le risque de survenue de certains cancers de 20 à 30 % (colon, sein, endomètre et poumon), de récidive de cancer ou encore de maladies cardiovasculaires.... Aujourd’hui, l’ANSES* recommande au moins 30 min d’activité physique (qui peut être fractionnée) au moins 5 jours par semaine. Par activité physique on entend bien sûr le sport mais aussi tous les mouvements effectués dans la vie quotidienne (marche, vélo, prendre les escaliers, faire le ménage, bricoler...). Alors pourquoi se priver de ces bienfaits en hiver ?

Quelles activités pratiquer l’hiver ?

S’entraîner à l’extérieur, dans un environnement naturel, a de nombreux avantages. Au-delà de la joie et de la satisfaction ressentie pendant la pratique, la poursuite de l’exercice est aussi plus facile. En hiver, s’entraîner à l’extérieur présente également l’avantage d’améliorer le taux de vitamine D, le soleil étant nécessaire pour la produire. Le déficit en vitamine D est commun chez les adultes, particulièrement en hiver.

Mais quelles activités privilégier en extérieur ?

Ce n’est pas le choix qui manque ! Tout comme le reste de l’année, les activités telles que la course à pieds, la marche, la marche nordique, le golf, le vélo ou encore le football peuvent être pratiqués en hiver. C’est aussi l’occasion de profiter de la montagne et des avantages de son air frais et non pollué, de s’essayer au ski alpin, mais aussi au ski de randonnée, au ski de fond ou encore à la randonnée en raquette.

Comment réussir une sortie par temps froids haut la main ?

Pour éviter les désagréments liés au froid pendant les sorties, il est important de bien se couvrir en portant des vêtements adaptés aux températures extérieures (gants, bonnets...). De plus, pour pallier l’augmentation des dépenses énergétiques liées à la lutte contre le froid, il ne faut pas hésiter à ajouter à sa sortie des collations types pâtes de fruits, bananes ou fruits secs. Il est également important de s’hydrater correctement avant, pendant et après l’effort pour éviter les impacts négatifs de la déshydratation sur l’état général et les performances sportives (surtout en altitude où la déshydratation est deux fois plus importante).

Et si on préfère rester au chaud !

Bien entendu, il existe de nombreux sports qui peuvent se pratiquer en salle ou à couvert : renforcement musculaire, cardio, cours collectifs, danse, arts-martiaux... mais aussi natation, équitation, escalade, etc... N’hésitez pas à vous renseigner auprès des associations près de chez vous.

Alors plus d’excuses et à vos baskets !

* Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Sources

  • AFDN. Quelle alimentation pour la pratique des sports d’hiver ? Communiqué de presse. 28 novembre 2011.
  • Prossegger J, et al. Winter Exercise Reduces Allergic Airway Inflammation: A Randomized Controlled Study. Int J Environ Res Public Health. 2019;16(11).
  • La ligue contre le cancer. Agir sur ma santé par l’activité physique & une alimentation saine. Nutrition et cancer. 60 pages
  • Anses. État des connaissances. Synthèse pour les professionnels des recommandations de l’anses de février 2016 sur l’activité physique et la sédentarité. Actualisation des repères du PNNS. Août 2017.
  • Ito R, et al. Effects of arm insulation on physiological responses during running in the cold. J Sports Med Phys Fitness. 2018;58(9):1197-1203.
  • Melin B et Jimenez C. L’hyponatrémie hypotonique du sportif d’endurance. Médecine et Nutrition. Cah. Nutr. Diét., 2004 ; 39(4) :255-60
  • Gibson JC, et al. Hydration status and fluid and sodium balance in elite Canadian junior women's soccer players in a cool environment.Appl Physiol Nutr Metab. 2012;37(5):931-7.

 

 

en temps réel