Votre santé

Suivre ses vaccinations, c’est important !

La pandémie du coronavirus a entrainé une baisse des taux de vaccination. Se faire vacciner, c’est se protéger soi-même, mais aussi protéger les autres. Plus la couverture vaccinale est importante, plus on évite les risques d’épidémie. La vaccination permet de prévenir des maladies très contagieuses et graves comme la rougeole ou la méningite.

La vaccination contre la Covid-19 reste l’actualité du jour mais ne doit pas faire oublier l’importance pour la santé de tous, personnes fragiles ou non, jeunes ou moins jeunes, de vérifier et reprendre son suivi vaccinal.

A l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination 2022 qui se déroule du 25 avril au 1er mai, faisons le point.

La Semaine européenne de la vaccination (SEV) a été créée en 2005 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle se déroule aujourd’hui dans près de 200 pays dans le monde. Cette opération est coordonnée en France par le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France et pilotée en région par les Agences Régionales de Santé (ARS).

Cette année, elle est placée sous le thème d’une « longue vie pour tous ». Elle vise à renforcer l’importance de garantir un accès équitable et élargi aux vaccins afin que tout le monde puisse jouir d’une longue vie en bonne santé.

 

  • Le calendrier vaccinal : êtes-vous à jour ?

« Être à jour » c’est avoir reçu les vaccins nécessaires en fonction de son âge et avec le bon nombre d’injections pour être protégé.

Le calendrier vaccinal 2021 a été mis à jour par le ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Si vos vaccins ne sont pas « à jour » ? Il n’est pas nécessaire de tout recommencer, il suffit de reprendre la vaccination où elle a été interrompue. On parle de « rattrapage ».

 

  • La vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole)

La rougeole, les oreillons et la rubéole sont trois maladies très contagieuses dont les complications peuvent être graves.

La rougeole peut survenir à n'importe quel âge, si vous n'avez pas été vacciné ou si vous ne l'avez pas déjà eue. Chez les plus de 15 ans, dans un cas sur deux de rougeole, une hospitalisation est nécessaire.
La couverture vaccinale reste insuffisante en France chez les 15-35 ans et chez les nourrissons, ce qui explique que le virus continue à circuler dans le pays. En 2018 et 2019, on a observé sur tout le territoire de nombreux cas de rougeole chez des sujets non ou mal vaccinés.
Pourtant, la vaccination protège de la maladie dans près de 100% des cas après 2 doses de vaccin !

La vaccination ROR est obligatoire pour les nourrissons nés depuis le 1er janvier 2018, en deux injections : une dose à 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois.

Vaccination en retard ?
Pour les personnes nées depuis 1980, et âgées de plus de 18 mois, le rattrapage vaccinal nécessite 2 doses au total à un mois d'intervalle minimum.

Réalisation et prise en charge
Le vaccin contre la rougeole peut être prescrit par :
- un médecin ;
- une sage-femme pour les femmes, l’entourage des femmes enceintes et l’entourage du nouveau-né jusqu’à ses 8 semaines.
La vaccination peut être réalisée par un médecin, un infirmier sur prescription médicale, ou une sage-femme, en libéral, en PMI (enfants de moins de 6 ans) ou dans un centre de vaccination public (dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place).

Pour encourager le rattrapage de vaccination des enfants et adolescents, l'Assurance maladie prend en charge à 100 % les 2 doses du vaccin ROR pour les enfants et les jeunes jusqu'à 17 ans révolus. En pratique, le médecin doit prescrire le vaccin ROR sur une ordonnance isolée. Cette ordonnance doit comporter le nom, le prénom et la date de naissance de l'enfant concerné et la mention « vaccin ROR gratuit ».

Pour les autres assurés, le vaccin ROR est remboursé à 65 % par l'Assurance maladie obligatoire.

L'acte d'injection est pris en charge dans les conditions habituelles.

 

En savoir +

en temps réel