COVID-19
MGEN vous accompagne

Accueil et rendez-vous en Sections Départementales

Pendant le confinement, les sections continuent de vous accueillir. Pour connaitre les modalités d'accueil et les horaires d’ouverture, rendez-vous sur la page de votre section départementale.

Pour plus de détails, veuillez consulter la page de votre Section.

Vos frais de santé

L’état d’urgence sanitaire a pris fin le 1er juin 2021, sauf en Guyane où il est prolongé jusqu'à fin septembre 2021. Depuis le mardi 14 juillet 2021, la Martinique et à La Réunion sont à nouveau placées en état d’urgence sanitaire.

Une période transitoire de sortie d'état d'urgence sanitaire est cependant mise en place du 2 juin au 30 septembre 2021. Pendant cette période, le Premier ministre peut limiter :

  • les déplacements ;
  • les possibilités d'utilisation des transports collectifs (obligation du port du masque par exemple), et les interdire dans les territoires où le virus circulerait activement ;
  • l'ouverture des établissements recevant du public (commerces, cafés, restaurants, théâtres, cinémas...) ou des lieux de réunion ainsi que leur accès (mesures barrières, jauge de personnes...) voire les fermer provisoirement ;
  • les rassemblements, les réunions et les manifestations.

La durée d'isolement des patients testés positif à la Covid reste fixée à 10 jours. En cas de contamination à un variant du virus, un nouveau test doit être réalisé à l’issue de cette période d’isolement. S’il est positif, vous devrez respecter une nouvelle période d’isolement.

La durée d'isolement pour les cas contact reste de 7 jours. Pour les personnes cas contact d'une personne positive à un variant de la Covid-19, un nouveau test doit être réalisé à l’issue de cette période d’isolement. S’il est positif, vous devrez respecter une nouvelle période d’isolement.

  • Si vous présentez des symptômes sans gravité évoquant que vous êtes susceptible d’être atteint.e du Covid-19 et que vous ne parvenez pas à joindre votre médecin traitant ou ne pouvez obtenir un rendez-vous en téléconsultation ou en cabinet, l’Assurance maladie a mis en place le numéro d’appel 09 72 72 99 09, ouvert 7j/7 de 8h à 19h (service gratuit + prix de l’appel).
    Les téléconseillers de l’Assurance maladie pourront vous orienter :

    • Vers plusieurs médecins généralistes disponibles, et qui ont préalablement indiqué à l’Assurance Maladie leur accord pour recevoir des patients potentiellement atteints du Covid-19 n’appartenant pas à leur patientèle habituelle
    • Vers les sites de prélèvement les plus proches de chez vous pour bénéficier d’un test de type virologique


  • Si vous avez dû consulter votre médecin traitant, la procédure et les modalités de remboursement de votre consultation sont inchangées. Si vous avez opté pour la télétransmission de vos décomptes de santé, vous n’aurez aucun document à nous adresser.

  • La consultation dite de « prévention à la contamination au Sars-CoV-2 » mise en place depuis le 21 Décembre 2020 a pris fin le 2 Juin 2021.
    Elle concernait les assurés à risque de développer une forme grave d'infection de covid-19, les assurés reconnus atteints d'une affectation de longue durée, les bénéficiaires de la Complémentaire Santé solidaire et de l'Aide Médicale de l'Etat, avec une prise en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire sans avance de frais.

  • Pour votre/vos enfant.s de moins de deux ans, vous devez poursuivre les examens de suivi médical et ses vaccinations. Ils sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie sans avance de frais (hors dépassement d’honoraires éventuels). Les vaccins obligatoires prévus dans le calendrier des vaccinations sont indispensables car ils les protègent efficacement et durablement contre des maladies infectieuses parfois graves ou mortelles. Il est donc vivement conseillé de prendre contact avec votre médecin pour définir les conditions de réalisation de ces examens et des vaccinations, notamment si vous n'avez pas été en mesure de les faire réaliser en période de confinement.
  • Pour votre/vos enfant.s de plus de deux ans,pensez à faire réaliser les vaccinations que vous auriez différées pendant la période de confinement.

  • Si vous souffrez d’une maladie chronique, pour limiter la propagation du Covid-19 et vous protéger, vous devez sortir le moins possible. Cependant, il est indispensable de rester très attentif à votre santé en lien avec votre médecin, les autres soignants et votre entourage.
    Voici quelques bons réflexes à adopter :

    • Poursuivre votre traitement sans le modifier ainsi que ses soins habituels ;
    • Ne pas reporter les examens médicaux prescrits ;
    • Être attentif à ce que vous ressentez. Si des symptômes inhabituels apparaissent :
      - Ne pas prendre de nouveaux médicaments,
      - Appelez sans tarder votre médecin. En cas de difficultés respiratoires, ou de signe d’étouffement, appelez le 15. Les personnes sourdes ou malentendantes doivent laisser un message au 114 ;
    • Garder des liens (téléphone, réseaux sociaux…) avec vos proches, et si vous avez besoin d’être soutenu, contactez votre médecin ou les associations de patients ;
    • Respecter les consignes sanitaires tout en gardant une activité physique chez soi, une bonne alimentation.

TÉLÉCONSULTATIONS :

  • Si vous recourez à la téléconsultation avec un médecin généraliste/spécialiste, les modalités de réalisation des actes de télémédecine pour les personnes atteintes ou potentiellement infectées par le coronavirus sont assouplies.

    Si vous présentez des symptômes évocateurs du Covid-19, privilégiez le recours à une téléconsultation auprès de votre médecin traitant, qui connaît votre état de santé et vos antécédents. S’il n’est pas disponible ou si vous n’avez pas de médecin traitant, vous pouvez toutefois vous adresser à un autre médecin de ville.

    Quel que soit le médecin consulté, vous serez pris en charge à 100% par l’Assurance maladie jusqu'au 31 décembre 2021 même si vous n’avez pas respecté le parcours de soins coordonnés ou si vous n’aviez jamais consulté auparavant le médecin qui aura pratiqué la téléconsultation. Tous les moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (lieu dédié équipé mais aussi site ou application sécurisé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipé d'une webcam et relié à internet) peuvent être utilisés. Votre médecin devra cocher « urgence » sur sa feuille de soins.

  • Les téléconsultations par téléphone ne sont plus autorisées à compter du 2 juin 2021.

  • Les consultations complexes et avis ponctuels peuvent être réalisés à distance, par vidéotransmission.
  • Les mesures dérogatoires pour bénéficier d'une télésurveillance pour les personnes diabétiques ou lorsque vous souffrez d'une insuffisance cardiaque chronique ne sont plus applicables depuis le 2 juin 2021.

  • Les téléconsultations ont été ouvertes aux actes des sages-femmes libérales et salariées exerçant en établissement de santé.

  • Les actes de téléconsultation sont ouverts aux masseurs kinésithérapeutes s’ils interviennent dans des centres dédiés COVID. Depuis le 2 juin 2021, les masseurs kinésithérapeutes ne sont plus autorisés à suivre leurs patients à domicile en l’absence de prescription médicale et ne peuvent plus réaliser d''actes d'accompagnement à la téléconsultation.

 

TÉLÉSOINS :

  • Les actes de télésoin ne sont plus pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire à compter du 2 Juin 2021. Un ticket modérateur vous sera à nouveau facturé dont vous serez remboursé par l’assurance maladie complémentaire.

  • Depuis le 20 mars 2020, la possibilité de suivi à distance par télésoin en vidéotransmission, des patients reconnus infectés par le Covid-19, a été étendue aux infirmiers. Les infirmiers ont, par ailleurs, toujours la possibilité d’accompagner les patients lors de téléconsultations organisées à la demande des médecins.

  • Depuis le 2 juin 2021, les infirmiers ne sont plus autorisés à suivre leurs patients à domicile en l’absence de prescription médicale.

  • Depuis le 18 avril 2020, un certain nombre d’actes de masso-kinésithérapie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission, que le praticien exerce en ville ou en établissement de santé, à l'exclusion des bilans (initiaux et renouvellements). Il faut toutefois qu’un premier soin ait été réalisé par le masseur-kinésithérapeute, sauf si un bilan en présence du patient a été effectué avant la sortie d'hospitalisation avec transmission du plan de soin. Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 24 Avril 2021, tous les soins des orthophonistes, à l’exclusion des bilans initiaux, peuvent être réalisés en télésoin (fin de la limitation à certains actes uniquement). Depuis le 19 mai 2020, les renouvellements de bilan peuvent également être effectués par télésoin en vidéotransmission, sur prescription médicale. Il faut toutefois qu’un premier soin ait été réalisé par l'orthophoniste, sauf si un bilan en présence du patient a été effectué avant la sortie d'hospitalisation avec transmission du plan de soin.

    Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 2 juin 2021, les orthophonistes ne sont plus autorisés à suivre leurs patients à domicile en l’absence de prescription médicale.

  • Depuis le 15 avril 2020, les activités d'ergothérapeute et de psychomotricien peuvent être réalisées à distance par télésoin en vidéotransmission, à l'exclusion des bilans (initiaux et des renouvellements). Il faut toutefois qu’un premier soin ait été réalisé par l'ergothérapeute ou le psychomotricien. Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 19 mai 2020 un certain nombre d’actes d'orthoptie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission que le praticien exerce en ville ou en établissement de santé, à l'exclusion des bilans (initiaux et renouvellements). La pertinence du recours au télésoin est déterminée par l'orthoptiste. Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 19 mai 2020 un certain nombre d’actes de diagnostic de pédicurie-podologie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission, que le praticien exerce en ville ou en établissement de santé, sans prescription médicale que le praticien exerce en ville ou en établissement de santé. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le pédicure-podologue. Pour les mineurs de moins de 18 ans, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 11 Juillet 2020, les activités de diététicien peuvent être réalisées à distance par télésoin. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le diététicien. Ces actes sont réalisés par vidéotransmission. Pour les mineurs de 18 ans, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Les actes des diététiciens ne sont pas remboursables par l’Assurance maladie obligatoire mais peuvent l’être au titre du régime complémentaire suivant les termes du contrat souscrit, sur présentation d’une facture acquittée.

  • Depuis le 19 mai 2020, les pharmaciens d'officine peuvent réaliser à distance par télésoin en vidéotransmission, des actions d'accompagnement des patients sous traitement anticoagulant oral par anticoagulants oraux directs ou par antivitamines K et des patients sous antiasthmatiques par corticoïdes inhalés ainsi que des bilans partagés de médication. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le pharmacien. Elles sont conditionnées à la réalisation préalable, en présence du patient, d'un premier entretien de bilan de médication ou entretien d'accompagnement d'un patient atteint d'une pathologie chronique par le pharmacien. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise.

Si le professionnel de santé pratique le tiers payant, vous n’aurez rien à régler.
S’il ne pratique que le tiers payant sur la part Sécurité sociale vous aurez à régler le ticket modérateur. Si le professionnel de santé ne pratique pas le tiers payant ou dans le cas de dépassement d’honoraires, vous devrez régler l’acte réalisé à distance selon le moyen de paiement choisi par le professionnel de santé consulté : paiement en ligne, virement, chèque…

Depuis le 20 mars 2020 et jusqu’au 31 décembre 2021, toutes les consultations à distance (actes réalisés en téléconsultation, actes d'accompagnement de la téléconsultation) quel qu'en soit le motif, seront prises en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Les actes de télésoin sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie jusqu’au 1er Juin 2021 inclus.
A partir du 2 juin, un ticket modérateur vous sera à nouveau facturé dont vous serez remboursé par l’assurance maladie complémentaire dans les conditions habituelles.

À la suite de l’acte de prise en charge à distance, le professionnel de santé élabore une feuille de soins :

  • si la feuille de soins est électronique, elle est transmise directement à votre caisse d’Assurance maladie et vous n’avez alors aucune démarche à réaliser en vue de son remboursement
  • si la feuille de soins est au format papier, le professionnel de santé doit vous l’envoyer par voie postale et vous devrez l’adresser à votre caisse d’Assurance maladie MGEN via votre espace personnel sur mgen.fr.

Le professionnel de santé consulté pourra vous avoir remis une note d’honoraire valant quittance ou facture. Il s’agit d’un simple justificatif de paiement qui ne peut pas être pris en compte pour le remboursement par l'Assurance Maladie. Il n’est donc pas nécessaire de nous la faire parvenir.

À l'issue d’un acte réalisé à distance, le professionnel de santé peut établir, si besoin, une prescription sur ordonnance (pour des médicaments ou des soins par exemple). Il peut transmettre l’ordonnance soit par mail sécurisé au pharmacien que vous lui aurez désigné, soit vous l’adresser directement par voie postale ou par mail.

=> Tests virologiques RT-PCR

Ils permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test :

Mode de prélèvement Patients concernés Prescription Médicale Prise en charge MGEN
Prélèvement nasopharyngé Patients symptomatiques ou non (par priorité les personnes symptomatiques, les cas contacts et les personnels soignants) Sans prescription médicale 100% Assurance maladie obligatoire

Prélèvement salivaire Patients symptomatiques et personnes-contacts, lorsque le prélèvement nasopharyngé se révèle impossible ou difficile
Dans le cadre d'un diagnostic itératif ciblé à large échelle sur population fermée (écoles, universités, EHPAD…)
Sans prescription médicale 100% Assurance maladie obligatoire
Prélèvement oropharyngé Patients asymptomatiques pour lesquels le prélèvement nasopharyngé se révèle impossible ou difficile. Sans prescription médicale 100% Assurance maladie obligatoire

Depuis le 24 Janvier 2021, les tests positifs RT-PCR doivent être criblés pour détecter la présence ou non d’un variant.

Tous ces prélèvements peuvent être réalisés en laboratoire, en structure ambulatoire dédiée, à l’hôpital, en cabinet / domicile par :

  • Un médecin, un chirurgien-dentiste, une sage-femme, un pharmacien, un masseur-kinésithérapeute ou un infirmier ;
  • Un manipulateur d'électroradiologie médicale, un technicien de laboratoire médical, un préparateur en pharmacie, un aide-soignant, un auxiliaire de puériculture, un ambulancier ou un étudiant ayant validé sa première année en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, maïeutique ou soins infirmiers, sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier ;
  • Un sapeur-pompier professionnel ou volontaire, un sapeur-pompier de Paris, un marin-pompier de Marseille ou un secouriste d'une association agréée de sécurité civile dument habilités, sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier ;
  • Des étudiants ayant validé leur première année en masso-kinésithérapie ;
  • Les « médiateurs de lutte anti-covid-19 » sous la responsabilité d’un professionnel habilité.

Les tests sont analysés en laboratoire.

 

=> Tests rapides antigéniques

Ils permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test :

Mode de prélèvement Patients concernés Prescription Médicale Prise en charge MGEN
Prélèvement nasopharyngé et analyse avec un dispositif médical de diagnostic in vitro

Prioritairement :
- Personnes symptomatiques jusqu’à 4 jours après apparition des symptômes,
- Personnes asymptomatiques lorsqu’elles sont personnes contact détectées isolement ou au sein d’un cluster.

Subsidiairement pour les autres personnes asymptomatiques lorsque le professionnel de santé l’estime nécessaire dans le cadre d’un diagnostic.

Dans le cadre d’un dépistage collectif au sein de populations ciblées, organisées notamment par l'employeur ou une collectivité publique, à l'entrée des discothèques ou dans le cadre de l'accès aux établissements, lieux et évènements culturels, sportifs, ludiques ou festifs lorsqu'ils sont soumis au "Pass saniaire".

Sans prescription médicale 100% Assurance maladie obligatoire
Test rapide d’orientation diagnostic (TROD) par prélèvement nasal et analyse avec un dispositif médical de diagnostic in vitro Dans le cadre d’un dépistage collectif au sein de populations ciblées âgées de plus de 15 ans, organisées par les établissements d'enseignement ou par les ARS.
Tests réalisés par un médecin ou personne habilitée.
Sans prescription médicale 100% Assurance maladie obligatoire
Autotests par prélèvement nasal et analyse avec un dispositif médical de diagnostic in vitro Dans le cadre d’un dépistage collectif au sein de populations ciblées âgées de plus de 15 ans, organisé uniquement par les établissements d'enseignement ou par les ARS.
Auto-prélèvement et interprétation du test par le patient / usager.
------------------------------------
Pour le grand public : personnes de plus de 15 ans asymptomatiques et qui ne sont pas personne contact (ex : avant la visite d’un proche).
En vente libre en pharmacie. Test à réaliser soi-même.
------------------------------------
Pour les professionnels travaillant auprès des personnes âgées et des personnes en situation de handicap (services d’aide à domicile et accueillants familiaux)

Sans prescription médicale

100% Assurance maladie obligatoire

-----------------
Non remboursé par l’Assurance Maladie ni par la Mutuelle
----------------
100% Assurance maladie obligatoire Et dispense d’avance de frais sur présentation d’un justificatif professionnel

Depuis le 3 Mars 2021, à la suite d’un test antigénique positif, un criblage de variant doit être réalisé.

> Les tests par prélèvement nasopharyngés peuvent être effectués en laboratoire, en structure ambulatoire dédiée, à l’hôpital, en cabinet / domicile par :

  • Un médecin, un chirurgien-dentiste, une sage-femme, un pharmacien, un masseur-kinésithérapeute ou un infirmier ;
  • Un manipulateur d'électroradiologie médicale, un technicien de laboratoire médical, un préparateur en pharmacie, un aide-soignant, un auxiliaire de puériculture, un ambulancier ou un étudiant ayant validé sa première année en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, maïeutique ou soins infirmiers, sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier ;
  • Un sapeur-pompier professionnel ou volontaire, un sapeur-pompier de Paris, un marin-pompier de Marseille ou un secouriste d'une association agréée de sécurité civile dument habilités, sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier ;
  • Des étudiants ayant validé leur première année en masso-kinésithérapie ;
  • Les « médiateurs de lutte anti-covid-19 » sous la responsabilité d’un professionnel habilité ;
  • Le médecin du travail ou, sous sa supervision, le collaborateur médecin, l'interne en médecine du travail ou l'infirmier de santé au travail ;
  • Le médecin du travail ou, sous sa supervision, le collaborateur médecin, l'interne en médecine du travail ou l'infirmier de santé au travail.

Les résultats sont transmis dans les 15 à 30 minutes suivant la réalisation du test.

> Les tests par prélèvement nasal sont réalisés sur le lieu du dépistage collectif par les mêmes personnes que ci-dessus.
Après un test antigénique par prélèvement nasal positif (TROD ou autotest), il est nécessaire de confirmer le résultat par un test RT PCR.

Les autotests sur prélèvement nasal pour dépister la Covid-19 sont en vente libre en pharmacie. Depuis le 12 Juillet 2021, ils sont destinés à toute personne asymptomatique à partir de 3 ans et sont facturés au prix maximum de 3,70 euros depuis le 15 Mai 2021. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie ni par la Mutuelle.

> Depuis le 12 avril 2021, les autotests sur prélèvement nasal pour dépister la Covid-19 sont en vente libre en pharmacie. Ils sont destinés à toute personne de plus de 15 ans asymptomatique et sont facturés au prix maximum de 6 euros (5,20 euros à compter du 15 mai 2021). Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie ni par la Mutuelle.

Cependant certaines catégories de professionnels qui travaillent auprès des personnes âgées et des personnes en situation de handicap (services d’aide à domicile et accueillants familiaux) peuvent bénéficier gratuitement d’autotests, dans la limite de 10 par mois, sans avancer les frais, sur présentation d’un justificatif professionnel.

=> Depuis le 9 juillet 2021, le recours aux tests rapides antigéniques nasopharyngés a été étendu aux lieux pour lesquels le « Pass sanitaire » est exigé : discothèques, lieux et évènements culturels, sportifs, ludiques ou festifs. Lorsqu'une opération de dépistage individuel concerne une discothèque, les tests font l'objet d'une prise en charge par l'Assurance maladie obligatoire.

=> A partir du 21 juillet 2021, le « Pass sanitaire » est étendu à tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes.

=> A partir du 1er août 2021, le « Pass sanitaire » est étendu aux cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, ainsi qu’aux voyages en avions, trains et cars pour les trajets de longue distance. D’autres lieux pourront s’ajouter à cette liste par la suite si nécessaire selon la situation épidémique

=> Pour tenir compte de la situation spécifique de certaines catégories de personnes, l’obligation du « Pass sanitaire » est repoussée au 30 août 2021 pour :

  • les jeunes de 12 à 17 ans
  • es salariés des lieux et établissements recevant du public.

 

=> Tests sérologiques (Prélèvement sanguin)

Ils permettent de rechercher si une personne a développé une réaction immunitaire après avoir été en contact avec le virus.

Mode de prélèvement Patients concernés Lieu d’intervention et professionnels habilités Prescription Médicale Prise en charge MGEN
Test automatisable ELISA (prise de sang)

- personnes avec des symptômes graves ou modérés, concordant avec les signes cliniques de la Covid-19, mais dont le test PCR a donné un résultat négatif (diagnostic initial) ;

- personnes avec des symptômes graves ou modérés n’ayant pas pu réaliser le test PCR dans les 7 jours suivants l’apparition des symptômes (diagnostic de rattrapage) ;

- pour le diagnostic des personnels soignants et personnels d'hébergements collectifs non symptomatiques, en complément du dépistage et de la détection de personnes "contact", si le test virologique s'est révélé négatif.

Prélèvement réalisé en laboratoire, à l’hôpital, en cabinet/domicile (médecins et infirmiers)

Analyse en laboratoire
Avec prescription médicale ou bon de prise en charge adressé par l’ARS/Assurance maladie 100% Assurance maladie obligatoire

Important : pas de prise en charge possible par l’Assurance maladie en l’absence de prescription médicale
Test diagnostic rapide(TDR) par immuno - chromatographie (prélèvement d’une goutte de sang et utilisation d’un dispositif médical de diagnostic in vitro)

En laboratoire uniquement (ville ou hôpital) : prélèvement + lecture du TDR

Résultat dans les 15 minutes suivant la réalisation du test

Test rapide d’orientation diagnostique (TROD) (prélèvement d’une goutte de sang et utilisation d’un dispositif médical de diagnostic in vitro)

NB : Les TROD sont des tests d’orientation diagnostique, et non des tests permettant de poser formellement le diagnostic de COVID-19.

Après un TROD positif, il est nécessaire de confirmer le résultat par un test sérologique ELISA ou TDR – tests de référence.

Toutes personnes sans condition d’âge ou de pathologie).

Dans le cadre d'enquêtes épidémiologiques

En contexte de dépistage pré-vaccinal, à l'occasion de l'administration de la première dose de vaccin, pour les personnes n'ayant pas été dépistées comme positives dans l'année précédant l'injection. Si le TROD se révèle positif, un schéma à une dose doit être appliqué^, quelle que soit l'ancienneté de l'infection.

Réalisation et lecture du TROD en pharmacie ou autres lieux par les pharmaciens ou autres professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmiers, membres d’associations,…), en centre de vaccination COVID ou en cabinet.

Résultat dans les 15 minutes suivant la réalisation du test.
Sans prescription médicale

Pas de remboursement ni par l’Assurance maladie obligatoire, ni pas l’assurance maladie complémentaire MGEN

En contexte de dépistage pré-vaccinal, prise en charge 100% Assurance maladie obligatoire.

Depuis le 7 juillet 2021, à l'occasion de l'administration de la première dose de vaccin, un dépistage par test rapide d'orientation diagnostique sérologique peut être réalisé pour les personnes n'ayant pas été dépistées comme positives dans l'année précédant l'injection.
Si le TROD est positif, un schéma à une dose doit être appliqué, quelle que soit l'ancienneté de l'infection, ce qui évite l'administration d'une seconde dose de vaccin qui ne serait pas utile. En effet, les personnes ayant été en contact avec le virus de la COVID-19, avec ou sans symptômes, conservent une mémoire immunitaire.

Ces tests réalisés en contexte pré-vaccinal sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire.

=> Tests de détection des variants du SARS-CoV-2

Dans un souci de lutte contre la diffusion des variants du Sars-CoV-2, depuis le 23 Janvier 2021, un test de criblage des variants sera réalisé après tout test RT-PCR ou antigénique positif, dans les 36 heures suivant le prélèvement initial.
Ces tests réalisés directement par les laboratoires pour freiner la diffusion des différents variants du SARS-CoV-2sur le territoire national sont pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

En cas d’infection suspectée ou confirmée par les variants Sud-africain ou Brésilien, la durée d’isolement est portée à 10 jours et un test de sortie d’isolement devra être systématiquement réalisé. L’isolement doit être prolongé de 7 jours si le test de sortie d’isolement est positif.

Les cas contact de personnes identifiées porteuses d'un variant du virus pourront bénéficier d’un test RT-PCR sans délai. Même en cas de test négatif, vous devrez respecter une période d’isolement de 7 jours depuis le dernier contact à risque et vous devrez réaliser un nouveau test à l’issue de ces 7 jours.

=> Test préventif en vue d’un séjour en outre-mer :

Si vous devez vous rendre en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie Française, La Réunion, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis et Futuna, la présentation d’un test de détection du Covid-19 négatif est obligatoire à l’aéroport, en lieu et place des périodes de "quatorzaines" ou de "septaines" imposées à l'arrivée. Cette obligation s’applique au départ de la métropole comme d’un pays tiers.

Reportez-vous aux tableaux ci-dessus pour les modalités de prise en charge des différents tests.

=> Test concernant plusieurs personnes d’un même site ou susceptibles d’avoir été infectées au cours des mêmes circonstances :

Les tests sérologiques pourront être réalisés sur la base d’une prescription unique.

La réalisation et le remboursement à 100% par l’Assurance maladie obligatoire des tests virologiques (par prélèvement nasopharyngé – oropharyngé ou salivaire) n’est pas soumis à la présentation d’une prescription médicale.

=> Renforcement des mesures en cas de contamination dans les écoles

Les modalités applicables à la rentrée scolaire seront précisées ultérieurement.

Se référer au site du ministère de l’Education nationale de la jeunesse et des sports

=> Campagne locale de dépistage à l’initiative de l’Agence Régionale de santé (ARS) :

Dans le cadre de la stratégie de lutte contre l’épidémie de COVID-19 visant à prévenir l’émergence de nouveaux foyers d’épidémie, depuis le 25 juin 2020, des opérations de dépistage ciblées au sein de certains territoires peuvent être organisées à l’initiative des Agences régionales de santé (ARS) afin d’identifier d’éventuels clusters dormants.

  • Opérations de dépistage local « Grand public »
    Dans ce cas, les dépistages peuvent être organisés dans différents lieux (drive, salle communale, place du marché) et sont proposés gratuitement à toute la population.

    La communication pour effectuer ces tests (dates, horaires et lieux) est locale (presse, affichages, distribution de flyers ou autres média locaux).

Pour connaitre les conditions de prise en charge des vaccins, consultez notre rubrique dédiée « campagne de vaccination contre la Covid-19 ». Cliquez ici pour accéder à la rubrique

Des centres de consultations dédiés ont été mis en place au sein de structures existantes telles que des maisons de santé pluri-professionnelles, des maisons médicales de garde, des centres de santé, ou dans des locaux mis à disposition par des établissements de santé ou des collectivités. Ils visent à réduire la pression sur le secteur hospitalier et à limiter les risques de propagation au sein des cabinets médicaux notamment.

Les actes effectués en présentiel dans ces centres dédiés sont facturés en tiers payant et pris en charge à 100 % au titre de l’Assurance maladie obligatoire.

Les actes de téléconsultations et de prélèvements réalisés, le cas échéant, dans ces centres sont également pris en charge en tiers payant 100% au titre de l’Assurance maladie obligatoire.

La facturation d’un acte d’infirmier libéral qui viendrait en accompagnement de la consultation par le médecin généraliste est pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire de même que les actes réalisés par des masseurs kinésithérapeutes intervenant dans le centre dédié COVID.

Un suivi médical doit être réalisé.

  • Depuis le 21 janvier, l’Assurance Maladie, propose systématiquement aux personnes testées positives à la Covid-19 une visite à domicile par un infirmier libéral dans les 24 h suivant l’appel de l’Assurance Maladie.
    Les objectifs principaux de cette visite domiciliaire sanitaire d’infirmier sont :

    • Vous expliquer et rappeler les consignes d’isolement et les gestes de barrières ;
    • Identifier les situations de vulnérabilité et les besoins matériels éventuels : démarches administratives, aide à domicile, repas, portage de courses ou médicaments, accès aux communications électroniques, soutien psychologique… ;
    • Faire un retour à votre médecin traitant ;
    • Proposer un dépistage aux autres personnes de votre foyer (test antigénique ou RT-PCR).

    Cette visite et les éventuels tests de dépistage pratiqués sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie obligatoire.

  • En cas d’infection à la Covid-19, la durée d’isolement est fixée à 10 jours et un test de sortie d’isolement devra être systématiquement réalisé en cas de contamination à l’un des variants du virus. L’isolement doit être prolongé de 7 jours si le test de sortie d’isolement est positif.

  • Si vous prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, la procédure et les modalités de remboursement de votre consultation sont inchangées. Si vous avez opté pour la télétransmission de vos décomptes de santé, vous n’aurez aucun document à nous adresser. Pensez à respecter les gestes barrière.

  • Si vous recourez à la téléconsultation avec un médecin généraliste/ spécialiste, les modalités de réalisation et de prise en charge des actes de télémédecine pour les personnes atteintes ou potentiellement infectées par le coronavirus sont assouplies.

  • Quel que soit le médecin consulté, vous serez pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire jusqu'au 31 décembre 2021 même si vous n’avez pas respecté le parcours de soins coordonnés ou si vous n’aviez jamais consulté auparavant le médecin qui aura pratiqué la téléconsultation. Tous les moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (lieu dédié équipé mais aussi site ou application sécurisé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipé d'une webcam et relié à internet) peuvent être utilisés. Votre médecin devra cocher « urgence » sur sa feuille de soins.

  • Les téléconsultations par téléphone ne sont plus autorisées à compter du 2 juin 2021.

  • Les consultations complexes et avis ponctuels peuvent être réalisés à distance, par vidéotransmission.

  • La téléconsultation a été ouverte aux sages-femmes libérales et salariées exerçant en établissement de santé et aux masseurs kinésithérapeutes intervenant dans des centres dédiés COVID.

  • La possibilité de suivi à distance des patients reconnus infectés par le Covid-19 a été étendue aux infirmiers depuis le 20 mars 2020. Les infirmiers ont, par ailleurs, toujours la possibilité d’accompagner les patients lors de téléconsultations organisées à la demande des médecins. Celles-ci sont prises en charge à 100% par l'assurance maladie obligatoire.

  • Les actes de télésoin ne sont plus pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire à compter du 2 Juin 2021. Un ticket modérateur vous sera à nouveau facturé dont vous serez remboursé par l’assurance maladie complémentaire dans les conditions habituelles.

  • Un certain nombre d’actes de masso-kinésithérapie, d'ergothérapeute et de psychomotricien, d'orthophonie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission, à l'exclusion des bilans (initiaux et renouvellements – sauf pour les orthophonistes qui peuvent réaliser des bilans de renouvellement sur prescription médicale). Il faut toutefois qu’un premier soin ait été réalisé par l’auxiliaire médical, sauf, pour les actes du kinésithérapeute, si un bilan en présence du patient a été effectué avant la sortie d'hospitalisation avec transmission du plan de soin. Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 19 mai 2020 un certain nombre d’actes d'orthoptie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission, à l'exclusion des bilans (initiaux et renouvellements). La pertinence du recours au télésoin est déterminée par l'orthoptiste. Pour les mineurs, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 19 mai 2020 un certain nombre d’actes de diagnostic de pédicurie-podologie peuvent être réalisés à distance par télésoin en vidéotransmission, sans prescription médicale. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le pédicure-podologue. Pour les mineurs de moins de 18 ans, la présence d'un des parents majeurs ou d'un majeur autorisé est nécessaire. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise. Ces actes seront pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire.

  • Depuis le 19 mai 2020, les pharmaciens d'officine peuvent réaliser à distance par télésoin en vidéotransmission, des actions d'accompagnement des patients sous traitement anticoagulant oral par anticoagulants oraux directs ou par antivitamines K et des patients sous antiasthmatiques par corticoïdes inhalés ainsi que des bilans partagés de médication. La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le pharmacien. Elles sont conditionnées à la réalisation préalable, en présence du patient, d'un premier entretien de bilan de médication ou entretien d'accompagnement d'un patient atteint d'une pathologie chronique par le pharmacien. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise.

  • Depuis fin avril 2021, la mise à disposition des oxymètres de pouls peut être prise en charge par l’Assurance maladie obligatoire pour les patients présentant au moins l'une des conditions suivantes :

    • Présenter des signes respiratoires ;
    • Ou/ et présenter des facteurs de risque de forme grave de covid-19 ;
    • Ou/ et être âgé de 65 ans ou plus.

  • Et dans les conditions suivantes :

    • Le patient doit avoir une autonomie suffisante pour lui permettre la réalisation de cette surveillance, ou bénéficier d'un entourage qui puisse l'assurer. A défaut, un infirmier doit être mobilisé ;
    • La prise en charge de l'oxymètre de pouls est permise sur prescription médicale, pour une durée d'une semaine, renouvelable une fois ;
    • La délivrance se fait par un pharmacien d'officine ou un prestataire de services et distributeur de matériel.

Les mesures dérogatoires relatives à la prise en charge des transports extrarégionaux de patients Covid-19 hospitalisés en réanimation, de retour du patient à domicile, de transport et d’hébergement des accompagnants ne sont plus applicables depuis le 2 Juin 2021.

S’ils sont prescrits par un médecin, tous les transports de patients atteints ou suspectés de Covid-19 entre le domicile (ou autre) et un établissement de santé ou un centre dédié Covid-19 (aller et/ou retour), y compris à plus de 150 km, sont pris en charge par l’Assurance maladie obligatoire à 100% jusqu’au 1er juin 2021 inclus.

A partir du 2 juin 2021, qu’il y ait ou non suspicion ou atteinte de Covid-19, les transports de patients vers des centres de dépistage pour réaliser des tests de dépistage préventif (avant d’être hospitalisé ou de subir une intervention chirurgicale par exemple) sont pris en charge dans les conditions habituelles, soit à hauteur de 65 % par l’Assurance maladie obligatoire (sauf cas d’exonération) et 35% par votre Assurance maladie complémentaire (selon les termes de votre contrat). Une entente préalable est nécessaire pour les transports de plus de 150 km.

La législation européenne prévoit une coordination entre systèmes de Sécurité sociale. Vos frais de soins (hospitalisation et transport) sont refacturés entre organismes de Sécurité sociale ; en principe, rien ne vous sera facturé directement.

Trois modalités de retours sont possibles :

  • Retour direct au domicile : le transport peut être organisé en avion, train, ambulance non médicalisée, transport assis professionnalisé (véhicule sanitaire léger ou taxi) ou véhicule particulier et sera pris en charge.
  • Transfert vers un établissement de santé de la région d’origine si votre état de santé nécessite une prise en charge dans une structure adaptée. Le transfert est effectué par l’établissement européen en avion, train, ambulance médicalisée.
  • Retour du corps en cas de décès. L’établissement de santé où le patient est décédé prend en charge les frais liés au transport funéraire jusqu’au lieu convenu avec la famille.

Si votre état de santé ne requiert pas une surveillance continue 24h/24h en soins intensifs, vous pouvez être placé.e en hospitalisation à domicile lorsque l'urgence de la situation le justifie, ceci même sans la prescription médicale préalable habituellement requise.

L’établissement d’hospitalisation à domicile est dispensé d’obtenir l’accord de votre médecin traitant en cas d’indisponibilité de ce dernier ou compte tenu de l’urgence de la situation.

Lorsque le patient est pris en charge conjointement par un établissement d’hospitalisation à domicile et par un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou par un service polyvalent d’aide et soins à domicile (SPASAD), la répartition des actes entre l’hospitalisation à domicile et le service concerné sera précisée dans le cadre d'un protocole personnalisé de soins : les soins infirmiers, le suivi médical et les autres soins paramédicaux sont coordonnés par l'établissement d’hospitalisation à domicile.

Pour les personnes âgées vivant en EHPAD, le contexte d’épidémie liée au COVID-19 nécessite l’appui de tous les professionnels de santé, qu’ils exercent en établissements de santé ou en ville.

Il s’agit de symptômes qui persistent au-delà de 4 semaines après la date présumée de contamination et qui ne sont pas dus à une autre maladie. Le plus souvent, il y a plusieurs symptômes, ils peuvent être différents d’une personne à l’autre et d’intensités différentes.

Les symptômes les plus fréquents sont :

  • des signes « généraux » : douleurs durables, faiblesses articulaires ou musculaires voire fatigue extrême, maux de têtes, gêne respiratoire, problèmes cutanés, anxiété, troubles du sommeil ;
  • des troubles ou perte de l’odorat et/ou du goût ;
  • des complications rénales, digestives, pulmonaires ou neurologiques.

Quels que soient les symptômes persistants que vous ressentez, prenez contact en priorité avec votre médecin traitant ou un médecin généraliste. La stratégie thérapeutique recommandée par la HAS repose sur 4 piliers : traitements symptomatiques, information, rééducation et prise en charge psychologique.

Le médecin traitant pourra par exemple :

  • Prendre en charge directement vos symptômes, déterminer avec vous l’intérêt d’éventuels examens complémentaires et identifier les traitements les plus appropriés ;
  • Vous aider à rééduquer et autogérer les symptômes pouvant gêner votre vie quotidienne ;
  • Vous orienter vers le médecin spécialiste adapté à la prise en charge de vos symptômes, afin de disposer d’un avis spécialisé complémentaire ;
  • Vous orienter vers une cellule « post-Covid » dédiée si votre situation médicale nécessite l’intervention de plusieurs spécialités et d’un suivi renforcé.

Les cellules post-Covid : c’est un réseau pluridisciplinaire territorial de coordination mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé pour appuyer les médecins traitants dans la prise en charge les cas de symptômes prolongés de la Covid-19 complexes et nécessitant une prise en charge globale des patients.
Chaque cellule est constituée de différents spécialistes : médecin généraliste interne ou infectiologue, masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, pneumologue, neurologue, psychiatre, psychologue, médecin réanimateur, cardiologue, rhumatologue, nutritionniste.

Depuis le 2 juin 2021, les pharmaciens ne sont plus autorisés à délivrer les médicaments d’un traitement de substitution aux opiacés et les contraceptifs oraux si l’ordonnance est expirée.

Depuis le 2 Juin 2021, les produits et prestations prescrits dans le cadre d’un traitement chronique ne pourront plus être renouvelés si l’ordonnance est expirée.

Depuis le 13 Mai 2020, l’enregistrement dans le dispositif « Contact Covid » vaut prescription pour la délivrance de masques en officine et pour la réalisation d’un test de dépistage en laboratoire pour chacune des personnes enregistrées. Les patients recensés et enregistrés dans Contact Covid sont invités à se présenter en pharmacie pour se faire délivrer, sans frais, des masques chirurgicaux.

Pour plus de précisions sur ce dispositif, reportez-vous à la partie « Dispositif contact Covid ».

Peuvent bénéficier de la distribution gratuite de boîtes de masques de protection :

  • Les personnes atteintes du virus covid-19 sur présentation d'un document attestant d'un résultat positif à un test virologique de la maladie ou email ou sms de l'Assurance Maladie,
  • Les personnes ayant été identifiées comme un “cas contact” dans le traitement de la Caisse nationale de l'Assurance maladie dénommé « Contact Covid »,
  • Les personnes identifiées à très haut risque médical de développer une forme grave de Covid-19 du fait de leur état de santé sur prescription médicale.
  • Les accueillants familiaux et les salariés de l'aide à domicile à cette liste de bénéficiaires.

Par ailleurs, pour faire face à la menace sanitaire grave liée à l'épidémie de Covid-19, et dans l'intérêt de la santé publique, l'Etat a assuré la distribution gratuite de masques de protection sanitaire aux personnes bénéficiant, en date du 25 Juillet 2020, de la complémentaire santé solidaire, de l'aide au paiement d'une complémentaire santé ou de l'aide médicale de l'Etat. La même campagne a été organisée auprès des bénéficiaires ayant un contrat en cours au 24 Septembre 2020, au 24 Décembre 2020 et au 28 avril 2021.

Depuis le 2 juin 2021, la dérogation accordée pour la poursuite des soins infirmiers sur la base d’une ordonnance expirée n’est plus applicable.

La consultation dite de « prévention à la contamination au Sars-CoV-2 » prise en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire sans avance de frais et mise en place depuis le 21 Décembre 2020 a pris fin le 2 Juin 2021.

  • Privilégiez autant que possible les téléconsultations avec votre sage-femme.
  • Réalisez vos échographies de contrôle aux dates prévues. Nous vous recommandons de vous rendre sans accompagnant dans les cabinets et de bien respecter les gestes barrière.

Votre prise en charge à 100% par l’Assurance maladie est maintenue dans les conditions habituelles. Les sages-femmes peuvent effectuer en téléconsultation les séances de préparation à la naissance et à la parentalité.

Les établissements de cures thermales ont été fermés à plusieurs reprises dans le cadre de la crise sanitaire.
Sur autorisation du Conseil national des établissements thermaux (CNETh) ceux-ci ont été autorisés à rouvrir depuis le 19 mai 2021 avec une jauge de 50% de curistes.

A titre exceptionnel, les accords de prise en charge délivrés entre le 1er octobre et le 30 novembre 2020 et normalement valables jusqu’au 31 mars 2021 sont prorogés jusqu’au 31 août 2021 (le premier jour de la cure se situant au plus tard à cette date).

Si votre contrat de complémentaire santé solidaire arrive à expiration entre le 30 octobre 2020 et le 16 février 2021 : vos droits ont été prolongés automatiquement pendant trois mois à compter de la date d’échéance de votre contrat sans aucune démarche de votre part que ce soit auprès de votre caisse d’Assurance maladie obligatoire ou auprès de l’organisme gestionnaire de votre contrat de complémentaire santé solidaire. Vos conditions de prise en charge et de remboursement de vos frais de santé sont inchangées.

Depuis le 13 Mai 2020, l’enregistrement dans le dispositif « Contact Covid » vaut prescription pour la délivrance de masques en officine et pour la réalisation d’un test de dépistage en laboratoire pour chacune des personnes enregistrées. Les patients recensés et enregistrés dans Contact Covid recourent, sans frais, à l’un des laboratoires habilités à pratiquer des tests.

Pour plus de précisions sur ce dispositif, reportez-vous à la partie « Dispositif contact Covid ».

En dehors de toute infection, pour faire face à la menace sanitaire grave liée à l'épidémie de Covid-19, et dans l'intérêt de la santé publique, l'Etat renouvelle pour la 4ème fois l'opération de distribution gratuite, d'ici à la mi-juillet 2021, de masques de protection sanitaire aux personnes de plus de 6 ans bénéficiant, en date du 28 avril 2021, de la complémentaire santé solidaireou de l'aide médicale de l'Etat. Si vous êtes concerné.e, vous recevrez donc des masques gratuitement, par voie postale.

La consultation dite de « prévention à la contamination au Sars-CoV-2 » prise en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire sans avance de frais et mise en place depuis le 21 Décembre 2020 a pris fin le 2 Juin 2021.

Eu égard à la situation sanitaire, par exception, il est possible de réaliser certaines ou toutes les consultations pour interruption volontaire de grossesse par voie médicamenteuse, avant la fin de la septième semaine de grossesse, par télémédecine avec un médecin ou une sage-femme, sous réserve votre consentement libre et éclairé et, au vu de votre état de santé, de l'accord du professionnel de santé consulté.
Vous devrez avoir reçu toutes les informations et documents nécessaires et donner votre consentement. Le médecin ou la sage-femme pourra alors vous prescrire les médicaments nécessaires en adressant la prescription à la pharmacie d'officine que vous aurez désignée.
Les médicaments pourront vous être délivrés directement par la pharmacie d'officine ainsi désignée et le pharmacien informera le prescripteur de la délivrance qui s'effectue sans frais et anonymement. Vous n’aurez rien à régler au pharmacien.

Pour les assurés gérés en Régime Obligatoire par MGEN et résidant à l’étranger (détachés et fonctionnaires maintenus au régime français de Sécurité sociale), les tests effectués dans l’Etat de résidence sont pris en charge selon les modalités habituelles et la « règlementation MISP » sans qu’il soit nécessaire de présenter une prescription médicale pour les tests PCR, les tests salivaires et les tests antigéniques.

Les tests sérologiques seront pris en charge sur présentation d’une prescription médicale.

Pour toute question concernant vos prises en charge en période de Covid-19, consultez la page dédiée : Assistance MGEN Internationale.

Vos prestations de santé sont prises en charge dans les conditions habituelles : par MGEN le cas échéant, par le régime étranger, la Caisse des Français de l’Etranger ou une Assurance maladie privée. Si vous êtes retraité, le CNAREFE ou la CPAM de Tours peuvent également être compétents, selon votre situation. Il n’a pas été décidé de mesures particulières.

Des dispositions particulières et réciproques ont été prises dans le cadre des accords franco-québécois. Vous continuerez à bénéficier de la prise en charge par la RAMQ de vos soins de santé pour la durée de l’interruption volontaire de vos études, recherches ou stage et pendant la durée de votre séjour prolongé au Québec, jusqu’à votre retour en France.

Le CLEISS précise que dans le cadre de l'application des accords existants, la solution du recours au détachement doit être privilégiée.

  • Si l’activité habituelle est exercée dans un pays signataire d’une convention bilatérale avec la France, vous devez vous rapprocher de votre employeur qui doit régulariser la situation auprès de l'institution compétente de Sécurité sociale de l'Etat d'exercice afin d’être détaché.e selon la convention bilatérale qui gouverne votre situation.

    Exemple : un assuré expatrié au Maroc, relevant du régime marocain doit demander à son employeur de faire application de l’accord bilatéral franco-marocain du 22 octobre 2017 afin de le détacher en France. L’intéressé sera alors muni d’un formulaire conventionnel, qu’il présentera à la CPAM de son lieu de résidence en France, compétente pour assurer la prise en charge de ses frais de santé.

  • Si l’activité habituelle est exercée dans un pays non signataire d’une convention bilatérale de Sécurité sociale mais que vous bénéficiiez déjà de la CFE, cette couverture demeure effective pour les soins en France au-delà de la limite de 3 mois et de manière exceptionnelle jusqu'à 6 mois. Au-delà, le régime maladie obligatoire de sécurité sociale prendra le relai.

  • Si l’activité habituelle est exercée dans un pays non signataire d’une convention bilatérale de Sécurité sociale mais que vous êtes maintenu au régime obligatoire français, votre couverture préalable à la Sécurité sociale française sociale se poursuit.

    Exemple : Un assuré en poste au Cameroun, maintenu au régime obligatoire français, poursuivant son activité en France, reste maintenu au régime obligatoire français et bénéficie de la prise en charge de ses soins dans les conditions habituelles.

  • Pour les situations non visées ci-dessus, vous devez être assuré en France et les cotisations versées par l’employeur doivent l’être auprès du CNFE (Centre national des firmes étrangères). Vous devrez alors vous rapprocher de la CPAM de votre lieu de résidence en France pour la prise en charge de ses frais de santé.

En cas de difficultés dans la mise en œuvre de ces solutions, il vous est possible de contact avec le CLEISS qui pourra débloquer les situations. Au besoin, l'autorité compétente (la direction de la Sécurité sociale) s'engage à intervenir pour aplanir toute difficulté.

  • Conditions de déplacement :

A compter du 9 juin, les flux de voyageurs entre la France et les pays étrangers sont rouverts selon des modalités qui varient en fonction de la situation sanitaire des pays tiers et de la vaccination des voyageurs.

Une classification des pays a ainsi été définie sur la base des indicateurs sanitaires. Les listes des pays sont susceptibles d’être adaptées selon les évolutions de leur situation épidémique.

La classification des pays est la suivante :

Pays « verts » : pays dans lesquels aucune circulation active du virus n’est observée et aucun variant préoccupant n’est recensé.
Pays « orange » : pays dans lesquels on observe une circulation active du virus dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants.
Pays « rouges » : pays dans lesquels une circulation active du virus est observée avec une présence de variants préoccupants.
Se référer au site du Ministère de l’intérieur
Se référer au site du Ministère des affaires étrangères

Les entrées en France, y compris pour l’Union européenne, sont toujours conditionnées à la présentation d’un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures avant le vol pour les personnes non-vaccinées.

Les déplacements dans les Outre-mer ne restent autorisés que pour motif impérieux.

Pour plus d’information sur vos déplacements à l’étranger : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/je-pars-a-l-etranger/

À partir du 1er juillet 2021, le pass sanitaire sera mis en œuvre dans le cadre du « certificat vert numérique » (digital green pass), dont l'objectif est de permettre de manière sécurisée la reprise de la circulation des personnes entre les pays de l'Union européenne. Ce certificat pourra intégrer une preuve de vaccination, un résultat de test négatif ou une preuve de rétablissement du Covid de moins de 6 mois.
Se référer à la rubrique « Pass sanitaire »

  • Conditions de prise en charge des tests de dépistage :

Les tests virologiques (nasopharyngés, oropharyngés et salivaires) effectués en France, à votre demande sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire, même en l’absence de prescription médicale.

Le remboursement des tests sérologiques reste conditionné à la présentation d’une prescription médicale ou d’un bon de prise en charge délivré par l’ARS ou l’Assurance maladie.

Pour la réalisation du test au cours d’un séjour temporaire dans un Etat membre de l’UE-EEE-Suisse depuis le 7 juillet 2021, une prise en charge est possible uniquement pour les tests PCR et antigénique à caractère médical (présence de symptômes), sur prescription médicale.

Les tests PCR, les tests salivaires et les tests antigéniques réalisés sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire sur la base d’un forfait de 35 euros. Si une consultation est facturée, elle sera remboursée dans les conditions habituelles.

Les tests sérologiques sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie obligatoire sur la base d’un forfait de 17 euros.

Pour la réalisation du test au cours d’un séjour temporaire dans un Etat hors de l’UE-EEE-Suisse (quel que soit le pays) la prise en charge s’effectue dans le cadre de la règlementation applicable aux soins inopinés à l’étranger et est systématiquement subordonnée à la présentation d’une prescription médicale (ou d’un compte-rendu médical) du pays de séjour.
Tous les tests (PCR, tests salivaires, antigéniques et sérologiques) sont pris en charge dans la limite de 35 euros.

Dans tous les cas, pour être remboursé, la facture du test réalisé ainsi que la prescription médicale ou le certificat médical devront être impérativement joints comme justificatifs au formulaire S3125.

Les tests effectués dans l’Etat de résidence d’un assuré MGEN extra métropolitain restent pris en charge selon les modalités habituelles de leur couverture santé « MISP » et sans qu’il soit nécessaire que l’assuré présente une prescription médicale pour les tests PCR et antigéniques. La prise en charge des tests sérologiques reste soumise à la présentation d’une prescription.


Découvrez votre
Espace personnel

Consultez la page de présentation de votre Espace personnel et visionnez nos tutoriels vidéo pour découvrir l'ensemble des services en ligne mis à votre disposition.

Connectez-vous Visionnez la vidéo

Et retrouvez l'essentiel de vos services en ligne dans l’application MGEN :

 


Pour toutes informations utiles :

Fiches pratiques (Santé publique France)

Pour plus d’informations sur le coronavirus : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus
Espace d’information du Gouvernement sur le Covid-19 dédié aux personnes en situation de handicap : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/espace-handicap

Pour plus d’informations sur les mesures dans l’enseignement supérieur :
https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid39562/covid-enseignement-superieur-mobilise.html

Pour plus d’informations sur les mesures dans l’éducation nationale :
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/education

Pour toute information relative à la campagne de vaccination, consulter notre rubrique dédiée.

Pour la rubrique « Dispositif Contact Covid » : Informations au 11 mai 2021 : Les informations concernant la gestion de votre Assurance maladie obligatoire sont issues des différents textes parus au Journal officiel et de directives de l’Assurance maladie. Elles sont susceptibles d’évoluer et sont donc fournies à titre informatif et n’engagent pas la responsabilité de MGEN.
Pour toute information relative au dispositif « Contact-Covid », consulter notre rubrique dédiée

Pour la rubrique « Vos arrêts de travail » : Informations au 11 mai 2021 : Les informations de cette rubrique sont notamment celles mises à disposition par la Direction Générale de la Fonction Publique (DGAFP) sur son site Internet, de l’Assurance maladie sur le site declare.ameli.fr, des lois et décrets en vigueur. Elles sont susceptibles d’évoluer et sont donc fournies à titre informatif et n’engagent pas la responsabilité de MGEN.
Concernant votre protection statutaire, seule votre administration employeur pourra vous confirmer les modalités mises en place dans votre service ou établissement.
Pour toute information relative aux arrêts de travail, consulter notre rubrique dédiée.

Pour la rubrique « Vos démarches » : Informations au 16 juillet 2021 : Les informations dans cette rubrique sont notamment celles issues des différents Décrets et arrêtés parus au Journal officiel, mises à disposition par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et mises en ligne sur son site Internet.ameli.fr.
Elles sont susceptibles d’évoluer et sont donc fournies à titre informatif et n’engagent pas la responsabilité de MGEN.
Pour toute information relative à vos démarches, consulter notre rubrique dédiée.

Pour la rubrique « Vos frais de santé » : Informations au 16 juillet 2021 : Les informations concernant la gestion de votre Assurance maladie obligatoire sont issues des différents textes parus au Journal officiel et de directives de l’Assurance maladie. Elles sont susceptibles d’évoluer et sont donc fournies à titre informatif et n’engagent pas la responsabilité de MGEN.
Pour toute information relative à vos frais de santé, consulter notre rubrique dédiée