La prévention des RPS : un enjeu de santé publique

Plus d’un an après le début de la crise sanitaire, qui a largement impacté nos modes de vie, la question des impacts de cette situation sur la santé des salariés, devient plus que jamais un enjeu de santé publique. En effet, selon un baromètre Opinion Way1, en décembre 2020, la moitié des salariés se sentaient en situation de détresse psychologique et 31% pensaient être à risque d’une dépression.

La question de la préservation de la santé mentale des collaborateurs n’est pas un concept nouveau pour les dirigeants d’entreprise ou d’administration. Des mesures de préventions sont mis en place depuis quelques années dans le cadre des démarches de prévention des risques psycho-sociaux. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre article dédié !
Néanmoins l’apparition de la COVID 19 a créé une rupture dans toutes les dynamiques en place et a renforcé les facteurs de risques des risques psychosociaux (RPS). Le déploiement en urgence (parfois de manière non contrôlée) du télétravail, la perte de repère, l’incertitude, l’isolement, la perte de sens, l’usure sont autant de paramètres favorisant l’apparition des RPS chez les individus. Ainsi, 43% des salariés déclaraient se sentir « invisible en télétravail ».

Les constats

Les femmes (près de 58%) et les plus jeunes (70% des moins de 29 ans) semblent être les plus impactés par la détresse psychologique au travail. Ces derniers, ayant moins de repères dans le monde du travail, pourraient être plus fragilisés par l’isolement social et l’insécurité économique.

Les managers ne sont pas épargnés, puisque 56% s’estiment être en détresse psychologique et 35% de leurs collaborateurs s’inquiètent de leur état psychologique. Ceux-ci semblent être largement impactés par le déploiement du télétravail, remettant en cause les organisations du travail, les modalités de communication, de suivi et d’accompagnement des collaborateurs.

Le rôle et la place des managers de proximité se sont d’autant plus fragilisés face aux difficultés rencontrées (planification, rassurer les collaborateurs, mise en place de dynamique d’équipe…). L’éloignement rend d’autant plus complexe leurs capacités à avoir un rôle sur la santé psychologique de leurs collaborateurs, puisque 80% des managers affirment qu’il est plus complexe de repérer les signaux de détresse à distance.
Enfin, beaucoup de manager se sentent démunis dans leur capacité à soutenir leurs équipes en difficulté, c’est pourquoi 60% affirment que leurs collaborateurs en mal être psychologique ne veulent pas se faire aider.

Des pistes d’actions soutenues par MGEN

Afin de relever les défis de la santé au travail inhérent à la fonction publique, la MGEN a renforcé son action auprès de ses partenaires, afin de les soutenir dans la préservation de la santé de leurs agents.

Ainsi, un certain nombre d’action de prévention sont déployées (principalement en distanciel) en co-construction avec les personnes ressources des organisations (professionnels des ressources humaines, des services de prévention, de formation, représentants du personnels, CHCSCT…) dans le but de répondre aux besoins spécifiques de chacun :

  • Diagnostic afin d’évaluer la pertinence de l’organisation en télétravail
  • Espace de discussion afin de limiter l’isolement : groupe de parole, analyse de pratique< /li>
  • Formation des manager sur la question du télétravail et de la communication à distance
  • Sensibilisation et accompagnement à la prévention des Troubles Musculosquelettiques pour faire face aux risques générés par le télétravail
  • Formation des comités de pilotage (et ou CHSCT) au déploiement d’une politique de prévention des RPS, afin de structurer et piloter les démarches de prévention
  • Déploiement d’espace de co-développement destiné à favoriser le dialogue entre pair et la montée en compétence

Pour aller plus loin

Bien que sensible et complexe, les démarches de prévention des RPS gagneront en lisibilité et visibilité grâce une communication régulière, claire et précise des équipes de direction. D’une manière plus générale, le partage d’expérience avec d’autres organisations similaires ou non favorise l’émulation et le transfert de connaissance. Pour aller plus loin, la plateforme Santé Travail, met à disposition du contenu sur la prévention des risques professionnels : ici.

Enfin, la semaine de la Qualité de vie au travail prévu du 14 au 18 juin 2021, sera l’occasion pour tous les acteurs de prévention de partager des expériences, projets et du contenu autour du thème du travail collectif : https://semaineqvt.anact.fr/

1 Baromètre T5 Empreinte Humaine- Opinion Way publié le 16 décembre 2020

en temps réel