Votre santé

Mars bleu : mobilisons-nous contre le cancer colorectal !

  • Le cancer colorectal

Le cancer du côlon et le cancer du rectum, regroupés sous le nom de cancer colorectal, proviennent le plus souvent de la transformation, sur la paroi interne du gros intestin, d’une lésion précancéreuse qui reste longtemps bénigne, l’adénome ou polype.

En France, le cancer colorectal, avec près de 43 000 nouveaux cas par an, est le troisième cancer le plus fréquent chez l'homme et le deuxième chez la femme et le deuxième en termes de mortalité (17 000 décès par an). Le risque de cancer augmente avec l’âge : 95 % des cancers colorectaux se révèlent après 50 ans, chez les hommes comme chez les femmes et sa fréquence double à chaque décennie.

Pourtant, détecté à un stade précoce, il se guérit dans 9 cas sur 10 !

Car plus le cancer est petit et circonscrit, plus les chances de guérison sont grandes. Malheureusement, la participation à la campagne nationale de dépistage organisé reste trop faible (30%) contrairement à d’autres pays européens (Pays-Bas 71 %, Écosse 68 %, Italie 48 %…).

De plus, en 2020, on a pu observer une baisse du taux de participation du aux deux confinements à quelques mois d’intervalles. Durant le premier confinement, les envois postaux des tests ayant pris du retard, ils n’étaient plus interprétables au laboratoire.

C’est pourquoi en 2021, il est important plus que jamais de relancer la participation au dépistage organisé du cancer colorectal et de rattraper le retard.

L’enjeu est donc majeur : sauver des vies.

 

  • Mars bleu : mois de promotion du dépistage contre le cancer colorectal

Mars Bleu est une campagne d’information menée par l'Institut national du cancer (INCa), en partenariat avec le Ministère en charge de la santé et les caisses d’Assurance maladie. Elle a pour principaux objectifs de :

  • Rappeler l'enjeu et faire la pédagogie de ce dépistage à la fois simple d'usage et vital ;
  • Poursuivre la mobilisation des acteurs, la population cible et les médecins généralistes, mais aussi les hépato-gastro-entérologues et les gynécologues, pour favoriser la participation, en continuant à capitaliser sur le nouveau test ;
  • Poursuivre la communication sur les niveaux de risque, notamment vers les médecins.

MGEN se mobilise autour de cet enjeu de santé publique.

Cette année, en raison du contexte sanitaire, de nombreux évènements connectés, gratuits et ouvert à tous sont organisés.

 

  • Le dépistage du cancer colorectal

Le dépistage organisé du cancer colorectal consiste en la réalisation d'un test immunologique fécal (FIT) simple, rapide et indolore, à faire chez soi, qui vise à repérer la présence de traces de sang humain dans les selles non visibles à l’œil nu. Utilisé depuis 2015 ce test est beaucoup plus simple à réaliser que l’ancien test, biochimique, appelé Hémoccult, et beaucoup plus performant (détectant 2 fois plus de cancers et 4 fois plus d’adénomes avancés). Si du sang est présent dans les selles lors du test de dépistage, une coloscopie est effectuée. Cela permet ainsi de détecter un cancer à un stade très précoce et d’augmenter les chances de guérison.

Il est recommandé de faire ce test de dépistage, tous les deux ans, entre 50 et 74 ans.

Dans le cadre du dépistage organisé par les centres régionaux de coordination du dépistage des cancers en lien avec les régimes d’Assurance maladie, si vous avez entre 50 et 74 ans, vous recevez tous les 2 ans à votre domicile un courrier vous invitant à consulter votre médecin traitant au sujet du dépistage du cancer colorectal. Votre gestionnaire Sécurité sociale MGEN participe également à cette campagne nationale.

S’il le juge utile et avec votre accord, le médecin vous remet le test.

En cas d’antécédents personnels ou familiaux de polype, de cancer ou de maladie du côlon, votre médecin pourra vous proposer de consulter un gastroentérologue, afin de réaliser directement une coloscopie.

Le test et son analyse sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie obligatoire, sans avance de frais. La consultation chez le médecin traitant, de même que la coloscopie en cas de test positif sont pris en charge dans les conditions habituelles par l’Assurance maladie obligatoire et votre complémentaire santé.

 

  • Les comportements à adopter pour réduire le risque de cancer :

  - Réduire sa consommation d’alcool
  - Surveiller son poids
  - Arrêter de fumer
  - Pratiquer régulièrement une activité sportive
  - Adopter une alimentation riche en fibres, limiter la consommation de viande rouge ou en viandes transformées

 

En savoir plus :

en temps réel