Votre mutuelle

Réflexion éthique : l’infertilité une priorité en matière de Santé publique ?

Attaché à la participation démocratique, le mouvement mutualiste considère qu’il ne peut y avoir de progrès partagé sans une éthique démocratique. La réflexion éthique interroge notamment le rapport social au risque, en favorisant l’émergence de mécanismes de régulation a posteriori. En considérant que le progrès est par lui-même un facteur de risque, mais qu’il est incontournable pour améliorer l’état de santé, la Mutualité, en tant que mouvement social spécialisé dans la couverture du risque santé, entend apporter une contribution centrée sur l’humain et la solidarité aux débats ouverts par les états généraux de bioéthique et sa contribution au projet de loi de bioéthique.

Aussi, Éric CHENUT a présidé le 22 janvier 2019 la première réunion de l’espace fédéral d’éthique avec la participation d’un certain nombre de groupements, d’unions régionales ainsi que des représentants des directions de la fédération qui contribuent à cette réflexion. Cet espace, souhaité par Thierry BEAUDET suite à la contribution de la FNMF dans le cadre de la consultation initiée par les États Généraux de la bioéthique, s’est réuni pour échanger sur les enjeux de la bioéthique, la révolution du numérique et l’implication des mutuelles avec 3 objectifs principaux : Initier une dynamique fédérale pour inscrire dans le temps nos réflexions sur la bioéthique et prolonger les réflexions engagées dans le cadre des Etats généraux (approfondir les thématiques déjà abordées et/ou en aborder de nouvelles).

Des réunions de l’espace fédéral sont programmées jusqu’à la fin d’année 2019 et des réunions sont désormais initiées au sein des différentes régions du territoire. L’espace fédéral d’éthique a déjà apporté sa contribution sur les thématiques suivantes : l’intelligence artificielle (IA), les données de santé, La fin de vie, la santé environnementale.

Il poursuit cet automne 2019 ses travaux sur le thème de « procréation et société » : En effet, la procréation occupe une place centrale dans les débats de bioéthique, et les États généraux de la bioéthique. Plusieurs personnes ont appelé les pouvoirs publics à faire de l’infertilité une priorité en matière de Santé publique. Le rapporteur considérant qu’il est indispensable d’intensifier les efforts de recherche sur l’infertilité pour réduire le recours à l’AMP, procédure longue, lourde et pas toujours couronnée de succès ; il lui paraissait indispensable d’informer davantage les personnes sur la baisse de la fertilité, liée à l’âge, à des facteurs comportementaux comme le tabagisme ou l’obésité et à des facteurs environnementaux. Le memento réalisé par le groupe MGEN sur l’infertilité a été conçu dans le cadre de ce projet de mise en place d’un plan global de lutte contre l’infertilité et un programme de consultation préventive pour tous.

L’Espace fédéral d’éthique qui porte les proposition de la FNMF, a également proposé d’ouvrir l’accès à l’AMP aux couples de femmes et aux femmes seules conduisant à revisiter certains questionnements éthiques sur lesquels le législateur s’est prononcé il y a quelques années tels que l’anonymat du don de gamètes et l’accès aux origines, la procréation post mortem, le double don et de l’autoconservation des gamètes…

en temps réel