Image MGEN

Les génériques : aussi efficaces, aussi sûrs et plus économiques

Un médicament générique contient le même principe actif que le médicament original (princeps) pour lequel les inventeurs ont l’exclusivité de la commercialisation pendant 20 ans.

A l’expiration du brevet, le médicament peut être fabriqué et vendu sous une forme générique qui répond aux mêmes critères de qualité et de sécurité que les médicaments originaux. Les génériques sont aussi efficaces et aussi sûrs que les princeps mais plus économiques : ils sont en moyenne 30 % moins onéreux que les médicaments de marque.

« Tiers payant contre génériques » : tout le monde y participe

Le dispositif « tiers payant contre génériques » (art. L. 162-16-7 du code de la Sécurité sociale), appliqué sur l'ensemble du territoire depuis juin 2012, consiste à réserver le tiers payant (dispense d’avance de frais) aux assurés qui acceptent la délivrance par le pharmacien de médicaments génériques lorsqu'il en existe pour les médicaments qui leur sont prescrits.

Ainsi, si vous refusez que votre pharmacien substitue un médicament générique au médicament de marque indiqué sur votre ordonnance, vous devrez faire l'avance des frais, le pharmacien établira une feuille de soins papier pour les médicaments pour lesquels vous avez refusé la substitution et le délai de remboursement sera plus long.

Seul votre médecin, au regard de votre situation médicale, peut préciser sur la prescription, par la mention manuscrite « non substituable », qu’il convient de délivrer le médicament de marque. Dans ce cas, le pharmacien ne doit pas vous proposer le médicament générique et vous bénéficierez bien évidemment du tiers payant.

Quelques chiffres

Sur la période de 2002 à 2012, les économies liées à la substitution représentent près de 8,5 Md €. En 2012, le recours au générique du fait de la substitution a permis une baisse des dépenses de 1,8 % (contre – 0,7 % en 2011) et généré une économie de 1,46 Md€, dont environ 90 M€ résultent de la généralisation du dispositif « Tiers payant contre générique ». (source CNAMTS)
Ainsi, en 2013, une boîte de médicaments vendue sur 3 est un générique, contre une sur cinq en 2010, et une sur vingt en 2002. Mais des efforts restent à faire car, malgré un développement soutenu, le taux de pénétration des génériques (c'est-à-dire le pourcentage de génériques par rapport à la totalité des médicaments vendus) plafonne en France à 31 % du marché pharmaceutique en volume, et 19 % en valeur, alors que d’autres pays européens comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne atteignent des taux de près de 75 % en volume et de plus de 30 % en valeur. (source OCDE)

L’action du groupe MGEN

MGEN participe à l’optimisation des dépenses de santé en assurant la promotion des génériques et :
•    en diffusant différents supports d’information
•    en envoyant des courriers d’information à des populations cibles

Plus d’infos sur :
le site de l’Agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé
le site du Ministère de la santé

en temps réel